Skip to content

Interview de profs #1 – Michel Germain

November 12, 2010

Michel Germain, professeur associé au CELSA, y enseigne les stratégies d’entreprises (NTIC et gestion d’entreprises) auprès des élèves du Master MISC. Il est également  directeur associé d’Arctus.

 

  • Pourriez-vous nous décrire votre activité professionnelle ?

Mon métier consiste à appréhender les nouvelles technologies, en particulier l’intranet, et ce dans une triple dimension :
– Les choix techniques
– Les processus et les organisations qui formalisent le bon usage des technologies
– Le management, qui conditionne les bonnes pratiques
Au quotidien, cela passe par l’évaluation de l’existant en vue de son optimisation, par l’accompagnement de la mise en place de dispositifs web, et par l’animation de ceux-ci, ce qui inclue la formation des employés et leur professionnalisation en vue d’un vrai niveau d’efficience. Nous travaillons également depuis dix ans avec l’Observatoire de l’Intranet.

  • Qu’enseignez-vous en MISC et quels sont selon vous les points positifs de la formation ?

Ce que je trouve positif, c’est que les étudiants sont avant tout des têtes bien faites. Ils sont agiles et ont une certaine intuition, ce qui leur permet d’intégrer le meilleur des demandes organisationnelles face aux techniques. Ils savent comment sentir, formaliser les évolutions structurelles et structurantes.

Réciproquement, les étudiants m’apportent également, en me fournissant un regard d’ajustement et en me permettant de percevoir la maturation des technologies, et ce au fil des promos qui se succèdent.

J’observe avec beaucoup d’intérêt que sur dix années passées à enseigner au Celsa, le nombre d’étudiants qui maintenant travaillent dans des fonctions connexes aux technologies a augmenté. Je pense qu’il y a dans ce secteur un gisement d’emplois. On ne cherche pas plus de profils techniques que de gens qui pensent les technologies.

  • Quelles vont-être les principales tendances d’évolution de l’intranet selon vous ?

De 2000 à 2010 on a eu un discours « hardware ». Aujourd’hui, on a un discours d’avantage « peopleware ». Autrement dit, on se questionne sur la façon dont les gens s’approprient les TIC. Ma théorie, c’est qu’il faut traverser le plus vite possible la technologie pour retrouver l’humain et prendre en compte les personnes qui travaillent avec la technologie.
Je vois donc dans un futur proche des tendances de différentes natures. Tout d’abord, on fera de l’intranet un instrument de travail permanent et non plus épisodique. On changera de prisme, pour ne plus seulement être dans l’information et la communication, mais plutôt dans une dynamique collaborative. Le collaboratif permettra d’optimiser l’organisation et l’efficience des employés, tout en mesurant cette dernière. Ensuite, je pense que l’intranet sera plus orienté vers l’utilisateur, et donc plus exclusif. On partira de ses besoins à lui, ce qui permettra un profilage (on adresse à l’employé des informations et services qui lui correspondent), ainsi que la possibilité pour lui de s’organiser, puisqu’il sera initié aux NTIC. C’est l’usager qui définira son propre poste de travail.

Le collaboratif conduit à un paradigme, un changement dans l’approche sociale des NTIC. Devenant un outil quotidien et polyvalent, il permettra aux gens de se professionnaliser. Cela opèrera un déplacement du point de vue managérial. On va en effet déporter le fonctionnement de l’entreprise. Avec les RSE, la contribution sera un élément de l’évaluation du travail. Les employés seront rémunérés en fonction de leur capacité échanger, à produire. De leur capacité a se marketer dépendra celle des RH à les trouver.

  • Ne craignez-vous pas une certaine résistance de la part des employés à ces changements ?

Aujourd’hui on dit du web qu’il est « social », c’est un web d’interaction. Les nouvelles générations grandissent avec, les réticences viendront donc notamment des plus âgés.

Il est alors crucial d’accompagner les évolutions. Le e-management est pour moi le levier de la transformation. Il faut transformer les managers en leur expliquant comment les technologies peuvent leur permettre de remplir plus facilement et mieux leur fonction, qui est d’anticiper, de piloter, et de gérer. Il devra s’agir d’un comportement quotidien, puisque l’on parle de long terme.

Livres
L’usager numérique, Séminaire INRIA (co-auteur), 2010
Management des nouvelles technologies et e-transformation, Regard systémique sur les TIC dans les organisations du travail, Michel Germain, Economica, 2006
L’intranet, Michel Germain, Economica, 1998

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: