Skip to content

La réalité augmentée comme révélateur des violences conjugales

December 20, 2010

Les fêtes de fin d’années approchant les campagnes de sensibilisation aux violences conjugales fleurissent. L’un des ressorts fréquemment utilisé dans ces campagnes est de s’adresser à l’entourage des victimes et non aux agresseurs ou encore à leurs proies. Afin de faire agir cette audience “indirecte” les agences ont recours à un message responsabilisant voire culpabilisant : de par leur silence elle est en partie responsable des coups portés aux personnes abusées.

C’est le parti pris par l’agence W&Cie dans sa campagne choc lancée en novembre 2010 pour la Fédération Nationale Solidarité Femmes. Ou encore par “l’expérience sociale” menée par l’agence Ogilvy Johannesburg en mai dernier pour l’association POWA (People Opposing Women Abuse).

Cependant les nouvelles technologies semblent ouvrir une nouvelle tendance en terme de communication dans le domaine. L’audience connectée est en effet invitée (comme bien souvent) à “participer” à la communication. Cela se traduit par la mise en place de dispositifs technologiques positionnant l’internaute soit comme spectateur de l’agression, soit comme agresseur.

L’association Allemande Frauennotruf Munchen a ainsi récemment lancé avec l’agence Brand David une campagne s’appuyant sur un print présentant le visage d’une femme accompagné de la légende “Das ist nicht die realität”, c’est-à-dire “Ce n’est pas la réalité”. Le lecteur est ainsi invité à lancer l’application de réalité augmentée Junaio et à rechercher “frauennotruf” (à savoir “violence faite aux femmes”). Le mobinaute accède alors à un programme de réalité augmentée lui permettant de voir par delà le masque social de cette femme, en la voyant recevoir un coup.

Cette campagne s’appuyant sur le concept de double lecture de la réalité et de révélation par le biais des nouvelles technologies est très intéressante à étudier. Elle traduit en effet au travers de sa signature publicitaire “Ceci est la réalité” l’imaginaire d’enrichissement informationnel que porte, littéralement et figurativement, la technologie de la “réalité augmentée” ; ou de manière moins évidente les technologies RFID et autres flashcodes. L’interface du mobile se présente alors comme un écran permettant de déchiffrer une réalité “physique” cryptée, limitée en comparaison avec le monde “transparent” de data qu’offre Internet.

Cette mise en exergue des “limites” du monde réel par rapport au révélateur que représente le digital est un levier intéressant dans le cadre de campagnes souhaitant éveiller les consciences à des violences bien souvent cachées au sein des foyers (voir le Chatroulette a-like de Ni putes ni soumises, l’affichage en réalité augmentée du ministère de la justice des Pays-Bas ou encore la reconnaissance oculaire utilisée par Amnesty International).

Mais c’est aussi la position de l’audience qui est intéressante à étudier. L’internaute est ici invité à agir pour compléter le message. Bien que valorisée, sa participation est pour autant initiatrice des coups. Ce n’est qu’en cliquant sur le bouton “play” que la femme sera violentée. L’angle du coup renvoie également le mobinaute à la position d’agresseur. Cette personnification également utilisée dans le cadre de la campagne “Hit the bitch” est pour le moins polémique.

L’audience devenue bourreau sera-t-elle plus à même de réagir et de dénoncer les abus dans son entourage ? Ne serait-il pas plus judicieux de montrer les éléments pouvant mener à une telle situation à la manière de la campagne londonienne de sensibilisation aux risques du port d’armes blanches ? N’hésitez pas à partager votre avis sur la question.

Via Every-Ware

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: