Skip to content

Anonymous, ou défendre la neutralité du net.

December 28, 2010

Les Anonymous ont dernièrement fait parler d’eux en lançant des attaques vengeresses après les lâchages successifs (PayPal entre autres) dont a souffert le site Wikileaks, que je ne vous ferai pas l’affront de vous présenter.

Ces attaques DDOS (attaque par déni de service) qui ne sont pas nouvelles de leur part, ont pris pour objet, comme il est coutume avec les Anonymous, les ayant droits. Autrefois focalisés sur les institutions anti-piratages et les cabinets d’avocats spécialisés dans les droits d’auteur, les Anonymous se sont organisés cette fois afin de provoquer le plantage des serveurs de Mastercard ou d’Amazon.

On pourrait croire à un simple pied de nez faisant prétexte de la cause Wikileaks, pourtant il s’agit bien, comme l’a souligné Richard Stallman du Guardian, d’actes résolument politiques.


Souvent représentés avec un masque hérités de V pour Vendetta, ou par la silhouette de l’homme invisible, les Anonymous sont personne et tout le monde, anonymes (on l’avait deviné) et sans porte-paroles ni leader. Les Anonymous (dont le nom provient à l’origine du nom donné aux visiteurs non-identifiés sur les forums d’images dont l’emblématique 4chan)  ne sont pas nés avec Wikileaks, ni même avec KazaA.

Ils sont un groupement indistinct d’individus disséminés à travers le monde, qui apparaissent d’autant plus difficiles à cerner dans la mesure où ils s’apparentent au premier abord à une communauté de potaches férus d’informatique (on leur doit le YouTube Porn Day où tous les Anonymous sont invités à poster des contenus pornographiques sur la plateforme) qui font perdurer de manière bénigne les plus llooooongues private jokes du web (the long cat is looooong).

Cependant si la cause première de leur combat commun était la scientologie, leur revendication s’est recentrée sur Internet lui-même: aujourd’hui leur fer de lance est bel et bien la préservation de leur écosystème perçu comme menacé. Les Anonymous sont en effet devenus les ambassadeurs «rebelles » et politiques de la neutralité du net.

La défense de la neutralité du média, conception héritée de Tim Berners-Lee, qui pose le réseau comme devant être régulé comme un bien public et n’opérer aucune forme de discrimination dans l’accès à l’information.

C’est cette neutralité du net, qui trouve ses manifestations dans l’opensource, dans les logiciels libres, dans des sites comme Wikileaks, qui est menacée par les autorités de régulation, par les fournisseurs d’accès…que défendent les masqués.

Afin de défendre cet idéal de neutralité, les Anonymous s’emploient à utiliser des mythologies impressionnantes, qui donnent une identité tangible à une communauté virtuelle. On retrouve chez les Anonymous  l’idée de la puissance de l’anonymat.  “On the Internet, nobody knows you’re a dog » clamait ainsi un dessin du New Yorker. Si aujourd’hui il parait compliqué de l’affirmer, les Anonymous sont fiers de dire qu’eux y parviennent. Il suffit de lire leur site, whyweprotest, pour comprendre que le groupe n’a pas peur de jouer sur l’imaginaire de la société secrète afin de renforcer sa propre légende.   “Nous sommes vos frères et vos sœurs, vos parents et vos enfants, vos chefs et vos employés. Anonymous est partout, et nulle part en même temps. Notre force tient à notre nombre.”

Ainsi, au nom de ce combat, les attaques DDOS se sont multipliées. Pour les Anonymous, il s’agit bien d’attaques, puisque le nom de ces opérations prend le nom de « raids ». Les amis masqués ont d’ailleurs la main leste sur les images de guerre et les analogies belliqueuses pour signaler qu’ils sont prêts à en découdre. Au mythe de la société anonyme se superpose celui de l’armée souterraine.

Les raids s’organisent à partir de logiciels libres et des forums qui permettent de synchroniser ces attaques à but non-lucratif. Si bloquer un site peut paraitre inutile pour stopper les affronts faits à la sainte neutralité, voire totalement improductif puisque ces actions ne résultent pas en un vol de données, (tout au plus à des mails interceptés) c’est parce que la visée est une opération de mise en alarme du grand public.


Les Anonymous souhaitent ainsi dénoncer « l’illégalité » des méthodes de régulation des usages d’Internet  de manière… illégale, espérant ainsi « attirer l’attention sur l’injustice qui est sous nos yeux, de façon plutôt silencieuse pour l’instant »*.

Attendons-nous donc encore à revoir les masques sous les feux de l’actualité.

*Interview des Anonymous accordée à Numerama, septembre 2010.

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: