Skip to content

De l’éducation aux nouveaux médias

January 7, 2011

Alors que la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a annoncé le lancement de nouvelles opérations de sensibilisation à la protection des données personnelles à l’attention des collégiens français, la question de l’éducation aux nouveaux médias se pose à nouveau. Faisant état de son « son engagement pour promouvoir les bons réflexes chez les jeunes utilisateurs d’Internet » dans un récent communiqué, la commission entend bien renforcer ses actions pédagogiques. Pour autant, une autorité administrative peut-elle efficacement fournir une instruction appropriée à cette génération Z, tombée dans la marmite des NTIC dès la naissance ?

Intéressons-nous un instant au contenu de la campagne de la CNIL. En plus d’un guide « informatique et libertés » envoyé à tous les chefs d’établissement, ainsi qu’un numéro spécial de L’actu, journal pour les 14-18 ans, à destination des professeurs d’éducation civique, le site http://www.jeunes.cnil.fr/ propose un quizz et 20 fiches méthodologiques. Si l’initiative n’est nullement critiquable, on peut toutefois s’interroger quant à la teneur des contenus. En effet, on peut noter certaines simplifications et approximations pour le moins surprenantes, notamment lorsqu’il est conseillé de donner une fausse adresse postale en réponse aux mailings, ou de ne jamais ô grand jamais rencontrer en personne quelqu’un connu sur le net (la nuance ne semble malheureusement pas exister). On retiendra aussi le culte « Comment appelle-t-on un petit fichier installé par ton navigateur sur ton ordi quand tu visites certains sites? – Un cookie ? Une galette ? Un cake ? »…

Au final, on reste ici dans l’abstrait et on néglige de fournir des exemples percutants peut-être plus adaptés. Par ailleurs, l’injonction à la prudence risque d’être affaiblie de par la nature même du médium utilisé. La sensibilisation par l’image est souvent plus pertinente. En cela, la campagne belge menée par l’association GSARA pourrait être davantage entendue par les jeunes.

Le clip “Facebook te fiche, ne t’en fiche pas” réalisé par le GSARA :

Finalement, toute la difficulté réside dans le fait de trouver un compromis entre le discours alarmiste qui se contente de diaboliser les outils du web et ne fait que rebuter la population visée, et le discours dénué de lien avec le réel qui ne provoque pas de prise de conscience face aux dérives que peut engendrer le web 2.0…



Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: